Página inicial > Ciranda Mundi > Communication : pratiques anti hégémoniques, droits et alternatives

Communication : pratiques anti hégémoniques, droits et alternatives

segunda-feira 7 de fevereiro de 2005, por Véronique Kleck ,

1. Contexte et enjeux - Information, communication et médias dans la
mondialisation
Bras armés de la globalisation néo-libérale, la communication,
l’information et les médias sont aussi un levier puissant des mouvements qui
tentent de promouvoir des alternatives aux logiques dominantes. Dans une
perspective historique, médias et luttes sociales ont toujours été associés.
L’information et la communication ont été à la fois instruments et objets des
luttes. Dès le 19ème siècle, les mouvements ouvriers se battaient pour la liberté
d’expression et d’association. Ils entendaient pouvoir concevoir et diffuser
librement une presse que l’on ne disait pas encore syndicale pour défendre leurs
intérêts et dénoncer les injustices du « régime bourgeois ». Médias et information
ont toujours été associés au « pouvoir » : aujourd’hui encore, partout dans le
monde, des gouvernements -démocraties comme dictatures- musellent les
opinions et contrôlent les médias pour interdire toute contestation de leur
pouvoir.

Aujourd’hui, la nouveauté tiendrait dans le fait que la révolution internet a
décuplé ces deux « rôles » des médias, outils de domination et outils de
libération. Nous assistons en effet à un double mouvement. Dans le contexte
d’un modèle économique néo-libéral, nous voyons s’étendre la concentration
monopolistique des médias et des industries culturelles uniquement gouvernées
par des critères de rentabilité. Les médias publics - c’est-à-dire financés par
l’Etat - et aux contenus pouvant satisfaire aux exigences de qualité, tendent à
disparaître du paysage médiatique. La conception des médias, espaces
d’information pour nourrir un large débat public et pluraliste, ouvert à diverses
idées et cultures présentes dans nos sociétés, est mise à mal. Mais d’un autrecôté, nous constatons une explosion des expressions de toute nature, résultat
d’une appropriation sociale des réseaux numériques.
En l’espace de cinq années, l’attention donnée à la thématique
« communication » au sein des Forums Sociaux Mondiaux a alors subi une réelle
évolution. Lors du premier FSM de 2001, aucune thématique spécifique
n’apparaissait. Au FSM 2002, le thème était déjà traité par diverses entrées au
sein de l’axe consacré à l’affirmation de la société civile dans l’espace public.
C’est en 2003 que le thème « Médias, culture et contre-hégémonie » est devenu
l’un des cinq axes thématiques du Forum. Mumbai, en 2004, a confirmé
l’importance donnée par les réseaux présents aux enjeux de la communication et
de l’information1. Le Forum Social 2005, enfin, a été caractérisé par le
regroupement des initiatives, le rapprochement des collectifs et la visibilité des
propositions.

Communication : pratiques anti hégémoniques, droits et alternatives


Ver online : Article (pdf)