Página inicial > FSM WSF 2016 > Debat au sein du FSM: mise en place de l’Assemblée mondiale des (...)

Debat au sein du FSM: mise en place de l’Assemblée mondiale des résistances

terça-feira 14 de março de 2017, por WSF News/Noticias FSM , WSF News/Noticias FSM

Todas as versões desta matéria: [English] [français] [Português do Brasil]

Ce document doit être soumis à une large consultation internationale auprès des mouvements au sein et à l’extérieur du processus du Forum afin de valiser/préciser leurs intérêts pour une Assemblée permanente.

Introduction:

Lors du CI tenu après le FSM de Montréal, un comité fut créé pour travailler à la mise en place d’une Assemblée des mouvements qui offrirait une continuité entre les assemblées mondiales et davantage de connexion entre toutes ces assemblées nationales, régionales ou thématiques qui s’organisent déjà autour des événements de forum sociaux. L’objectif final est d’assurer une meilleure participation des mouvements au sein d’un FSM renouvelé qui , par l’Assemblée, soutiendra davantage les mouvements dans la définition et la mise en œuvre de stratégies communes au niveau global, d’un événement du forum à l’autre.

Ce document regroupe l’ensemble des propositions discutées lors du CI de Porto Alegre 2017 concernant le processus d’Assemblée. Il vise à expliquer le processus, la structure proposée des assemblées locales et de l’assemblée mondiale, les objectifs, les résultats attendus, les moyens, les dates des éventuelles premières assemblées, et les autres opportunités desquelles profiter dans le cadre de la mise en place du processus.

Ce document doit maintenant être soumis à une large consultation internationale auprès des mouvements au sein et à l’extérieur du processus du Forum afin de valiser/préciser leurs intérêts pour une Assemblée permanente.

Le nom de l’assemblée a continué de faire l’objet de débats. Inspiré par le processus du Forum des résistances de cette année au Brésil , j’ai notamment proposé d’utiliser le nom « Assemblée mondiales des résistances »

Définition de l’Assemblée mondiale des résistances

• L’Assemblée mondiale des résistance a pour ambition de créer dans le processus des FSM, un espace qui soit plus directement lié aux résistances sociales et aux mouvements en lutte.

• C’est une assemblée permanente qui identifie et recense les luttes en cours et les
mouvements en lutte et leur donne la parole. Elle leur garantit une place et une voix dans le processus des FSM et dans les évènements FSM dans le but de promouvoir une mutualisation des connaissances, pratiques et expériences pour une appropriation collective.

• Elle établit une cartographie des luttes et des mobilisations en cours, par thèmes et par territoires.

• Elle contribue à la définition des stratégies globales pour les mouvements en partant des luttes et des résistances locales. Au final, l’AMR vise la convergence des luttes par la coordination des objectifs, des stratégies et des actions.

Participation des mouvements et structure :

Pour assurer la continuité du processus, nous proposons de construire une structure qui permette le partage de l’information et d’assurer le suivi. Mais les mouvements sont nombreux et divers. Ilssont citoyens, syndicaux, autochtones, féministes, écologistes, etc. Ils sont différents tant dans leurs structures que dans leur fonctionnement interne. Certains sont formels, d’autres non. Leurs approches et actions sont multiples. Ils sont sectoriels ou globaux, porteurs d’une longue histoire ou nouveaux, tant dans leurs approches que par leur visions du monde. Cette incroyable diversité soulève sa part de questions et défis au moment de réfléchir à la structure et aux mécanismes d’une Assemblée qui pourra espérer obtenir des résultats aux niveaux nationaux et globaux. Cette diversité est aussi une richesse extraordinaire car bien évidemment, nous pourrons investir sur des réseaux, nationaux, régionaux ou thématiques qui existent déjà.

Au niveau international, cette structure doit être neuve et ouverte. Elle doit se développer en parallèle du CI et viser à la fois à intégrer les mouvements et à leur laisser le leadership de l’AMR.

Avant d’être logistique (par exemple, pour organiser une AMR au sein du FSM), la structure du processus doit être politique.

D’expérience, il apparait que la seule structure qui puisse assurer le meilleur équilibre entre les secteurs et les régions serait une structure à deux dimensions, composée d’Assemblées mondiales thématiques (climat, travail, droits, racisme, égalité, etc..) et d’Assemblées nationales ou régionales (Amérique du Nord, Afrique, Asie, Europe, etc..). Cette même structure à deux dimensions fut mise en place pour le Forum social des peuples (Ottawa 2014) et a permis d’assurer la participation de mouvements aux structures et aux fonctionnements très différents.

L’Assemblée mondiale des résistances se tient dans le cadre du FSM. Elle est la rencontre de tous les mouvements déjà impliqués dans une assemblée locale, régionale ou thématique.

Pour assurer le suivi entre les Assemblée, un comité des « représentant.e.s » de ces assemblée est créé avec les trois mandats suivants :

• Partager l’information à toutes les dimensions de la structure ;

• Assurer la participation de représentant.e.s de toutes les assemblées existantes dans les rencontres ;

• Proposer des « consensus » qui devront être validés – par consensus aussi – dans les différentes assemblées.

Il n’y a pas de direction à priori dans les décisions. Ce n’est pas par exemple un modèle ou les consensus arriveraient systématiquement d’en bas – ou d’en haut – pour être adopté à d’autres niveaux. Les consensus arrivent de partout et doivent être adoptés partout.

Le comité des représentants peut créer des comités de travail – au sein des quels les mouvements seront invités à s’impliquer.

Calendrier :

1. Automne 2016 : Définir un première proposition pour l’Assemblée ;

2. Janvier 2017 : Proposer un compte rendu des travaux initiaux au CI de Porto Alegre ;

3. Février à avril 2017 : Consulter les dit Mouvements (notamment ceux qui ont été actifs au sein des Assemblées des mouvements sociaux) sur les divers éléments du projet d’AMR.

La consultation pourra porter notamment sur les attentes des mouvements par rapport au projet, sur le processus et la structure proposée mais surtout sur la perspective d’une Assemblée permanente, dont le processus se poursuivrait d’une Forum à l’autre, avec des perspectives communes de stratégies, d’actions et d’engagements politiques.

4. Juin 2017 : Dépôt du rapport de Consultation auprès du deuxième CI de 2017 ;

5. Automne 2017 et 2018 : tenue d’Assemblées nationales, régionale au thématique des résistances

6. 2018 : Organisation d’une première Assemblée mondiale au sein du prochain FSM.

Quelques dates plus précises :

• Un Forum social est attendu à Detroit aux États-Unis du 8 au 11 juin prochain. Un
assemblée américaine des résistance pourrait s’y tenir

• En septembre, Montréal pourrait tenir une Assemblée contre le racisme et pour le Vivre ensemble

• Le Forum social Africain discute aussi d’une proposition d’Assemblée Africaine lors de sa rencontre de mars prochain.

[1]La proposition du CI de Montréal avait retenue l’appellation Assemblée des mouvements en lutte. Plusieurs questions ont notamment été soulevées par rapport à cette dénomination, notamment celle de la définition de « mouvements en lutte » versus des mouvements qui le seraient pas. Proposée durant le CI de Porto Alegre, le nom « Assemblée mondiale des résistances » est inspiré du Forum social des résistances de Porto Alegre de janvier 2017.